L’empathie c’est quoi : êtes-vous sûr(e) d’avoir la réponse ?

13 Juin,2017

L’empathie c’est quoi ? Un mot très à la mode qu’on entend partout mais, finalement, quelle est la définition de l’empathie ? Je vous propose de commencer par un quizz pour en savoir plus.

 

L’empathie c’est quoi ?

 

  1. La capacité à se mettre à la place de l’autre.
  2. Une formidable opportunité pour lutter contre l’individualisme parce que l’entraide, la solidarité sont des forces extrêmement importantes pour avancer dans la vie.
  3. L’empathie est liée aux neurones miroirs.

Vous vous retrouvez peut-être parmi ces 3 affirmations eh bien, en fait, elles sont fausses toutes les 3 !

Vous vous êtes pris les pieds dans le tapis ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas tout(e) seul(e) !

Cette démonstration, je la dois à Serge Tisseron que j’ai écouté à l’occasion d’une conférence qu’il donnait au mois de mai dernier. Serge Tisseron est psychiatre, psychanalyste, docteur en psychologie et l’auteur de nombreux livres.

Alors, pourquoi est-ce faux ?

 

Réponse de Serge Tisseron

 

1) L’empathie c’est se mettre à la place de l’autre

 

Est-ce possible, est-ce souhaitable ?  Ce n’est pas si simple, ni vraiment possible, ni vraiment souhaitable si l’on prend l’exemple des personnes venant en consultation après avoir subi des traumatismes. Se mettre à la place de ces personnes lorsqu’elles repensent à leur traumatisme c-à-d pleurer avec elles, bredouiller, trembler, se tomber dans les bras l’un de l’autre, on se voit pas très bien à quoi ça sert ! Effectivement vu sous cet angle…

 

2) L’empathie c’est une formidable opportunité pour lutter contre l’individualisme et l’esprit de toute puissance de l’être humain

 

Toutes les fois où vous êtes sollicités pour une campagne en faveur des cancéreux, des handicapés, de la pauvreté… c’est le même lien émotionnel qui est activé. Il a été démontré qu’il est plus efficace d’obtenir de l’argent pour lutter contre la pauvreté en montrant l’image d’un enfant dans une grande pauvreté en indiquant son nom, là où il habite, son âge, que d’expliquer la situation de 8 enfants dans le même état de pauvreté, en indiquant leur nom, leur âge, l’endroit où ils vivent et en décrivant leurs conditions de vie horribles. C’est donc plus facile de frapper à l’estomac en montrant une image. L’empathie est émotionnelle, elle est facilement manipulée !

 

3. L’empathie est liée aux neurones miroirs

 

Pour la petite histoire, les neurones miroirs ont été découverts à Parme, par l’équipe du Professeur Rizzolatti. Les chercheurs avaient mis des électrodes dans des neurones moteurs sur des cerveaux de singes pour étudier comment ils déchargeaient. Alors  que les chercheurs déjeunaient, ils ont découvert que certains de ces neurones moteurs déchargeaient des impulsions électriques comme si les singes étaient en train de se nourrir alors qu’ils ne faisaient que regarder les chercheurs, qui eux, étaient en train de manger.

Les neurones miroirs interviennent principalement dans l’imitation : si vous bâillez, vous pouvez faire bâiller des personnes, les fous rires qui sont communicatifs, le phénomène de foule : si quelqu’un se met à crier quelque chose, d’autres personnes vont également se mettre à crier sans trop savoir pourquoi, sous l’effet des neurones miroirs.

Dans l’exercice de l’empathie, les circuits cérébraux sont beaucoup plus compliqués, ils impliquent à la fois des régions postérieures du cerveau (le cerveau archaïque, celui des émotions), des parties antérieures du lobe préfrontal et entre les 2 : l’amygdale, l’insula… donc beaucoup de régions cérébrales.

Pour en savoir plus sur l’empathie, c’est par ici.