La Discipline Positive de Jane Nelsen : qu’est-ce que c’est ?

4 Juin, 2017

Vous avez peut-être déjà entendu parler de parentalité bienveillante avec Isabelle Filliozat, Faber & Mazlish, la Communication Non Violente (CNV), les neurosciences…. Je vous entends (si, si !) déjà dire : encore une nouvelle approche éducative, une de plus qui surfe sur la tendance !!! Et bien détrompez-vous, la Discipline Positive de Jane Nelsen n’est pas si récente puisqu’elle s’appuie sur les principes d’un psychiatre autrichien Alfred Adler, contemporain de Freud et de Maria Montessori.

Qu’est-ce qui se cache derrière ces 2 mots Discipline Positive ?

A priori Discipline et Positive ça semble plutôt antinomique : sévère et permissive ?! En fait non, la Discipline Positive de Jane Nelsen :

  • est une démarche éducative, ferme et bienveillante à la fois, basée sur l’encouragement. Elle s’appuie sur les forces de l’enfant, sur ce qu’il sait déjà faire, pour lui enseigner de nouvelles compétences,
  • utilise les erreurs, les difficultés, les conflits comme des opportunités d’apprentissage pour faire mieux la fois suivante,
  • se centre sur la recherche de solution et la coopération car comme dit Jane Nelsen : « le but de la Discipline Positive est d’obtenir des résultats positifs à long terme ».

L’histoire de la Discipline Positive de Jane Nelsen :

1. Au commencement, il y a les fondements théoriques d’Alfred Adler, un psychiatre autrichien. Pour  Alfred Adler, l’être humain est un être social. Il a 2 besoins fondamentaux :

  • appartenir à un groupe : la famille, l’école, la classe, le groupe de sport etc.,
  • contribuer au bien-être de ce groupe et de se sentir utile. Les neurosciences ont d’ailleurs démontré que le cerveau est conçu pour établir des relations sociales.

Ces 2 besoins, appartenir et contribuer, motivent et conditionnent nos comportements. Nous sommes capables d’y consacrer toute notre énergie pour les satisfaire !

2. La pensée d’A. Adler étant plutôt dense, elle a été modélisée par Rudolf Dreikurs, l’un de ses disciples pour la rendre accessible. R. Dreikurs disait notamment : « On ne peut pas protéger nos enfants de la vie, il est donc indispensable de les y préparer ».

3. Deux Américaines, Jane Nelsen et Lyn Lott, formées dans les domaines de l’éducation, ont, dans les années 90, donné à la Discipline Positive sa dimension pratique sous forme d’ateliers, de conférences, de formations et d’outils (une quarantaine) à destination des parents etdes enseignants pour les aider à gérer leurs défis du quotidien avec leurs enfant(s)/élève(s).

4. Béatrice Sabaté qui a introduit la Discipline Positive de Jane Nelsen en France, après l’avoir pratiqué pendant plusieurs années aux Etats-Unis. Elle a, en effet, créé, à son retour en France, l’Association Discipline Positive France.

Depuis la Discipline Positive de Jane Nelsen se développe, au niveau national, auprès des parents mais aussi dans les écoles. Parents et enseignants sont confrontés aux mêmes difficultés et cherchent de nouvelles manières pour éduquer, en impliquant l’enfant, et co-construire. Le fonctionnement de notre société a changé, l’accès au savoir aussi, il faut savoir s’y adapter et remettre en question l’éducation que nous avons reçue.

Venez découvrir comment la Discipline Positive a changé ma vie de maman, mais pas que !